Actualités

Meyhnach – Non Omnis Moriar

Pays : France
Genre : Black Metal
Label : Osmose Productions
Date de sortie : 11 Novembre 2017

Bon. On ne pourra pas me reprocher de ne pas avoir essayé. Certains vont sûrement se dire que j’ai définitivement quelque chose contre Meyhna’ch. Tant pis. Aujourd’hui je vous parle de son album Non Omnis Moriar, qui sortira chez les ordinairement excellents Osmose Productions. Et autant vous le dire tout de suite, votre serviteur n’a que rarement, voire jamais, entendu quelque chose d’aussi pathétique et malhonnête. Ne vous attendez pas à des longueurs ennuyeuses (dans la chronique tout du moins), on va faire cours, direct et lapidaire.

Non Omnis Moriar est un foutage de gueule intégrale. Une insulte, une marque d’irrespect total. Pour rappel, Meyhna’ch, c’est Mütiilation. Et Mütiilation, c’est trois albums de black metal cultissimes entre 1993 et 2001. Le reste, il y en a bien eu certains pour aimer, mais soyons honnêtes. Tout le monde se fiche du Mütiilation post Black Millenium, et tout le monde a bien raison de mon point de vue. Trois albums de légende, puis des participations à des projets divers. Ensuite, plus grand-chose. Jusqu‘à l’annonce il y a quelques mois d’un projet solo éponyme. Mouais.

Tout le monde regrette le vieux Mütiilation, Meyhna’ch n’intéresse plus grand-monde, et il décide soudain de refaire du black metal après avoir quitté à peu près tous les projets sur lesquels il chantait, de baptiser son projet selon lui-même et de rappeler ses anciens camarades d’Osmose pour se produire. Allez, pour le plaisir, on rajoute une prestation lamentable et incroyablement ridicule au Hellfest 2015. Vous voyez où je veux en venir ? Meyhna’ch a l’air de vouloir redorer un peu son blason personnel, pour ne pas dire grappiller un peu d’attention… Du très humble avis de votre serviteur en tout cas.

Et là, c’est la catastrophe. Plus que ça, c’est le viol. Et pas celui qui a la décence d’être rapide, celui qui dure et s’étire encore et encore. Vous voulez du détail ? Meyhna’ch fait ce qui lui passe par la tête. Il met des pseudo-mélodies sur une batterie anémique, grogne et grince au-dessus, fait dissoner le tout autant que possible, rajoute des effets électroniques insupportables et enregistre le résultat comme il y a vingt ans. La différence, c’est qu’il y a vingt ans, l’objectif, c’était de faire de la musique. Sous la forme d’un black metal immonde et répugnant autant que beau et émouvant, qui a marqué des générations d’amoureux de musique sombre. Ici, votre serviteur n’essayera même pas d’avancer une hypothèse d’objectif. Le risque de devenir vulgaire est trop important. Mais ce qui est sûr, c’est que le but n’est plus la musique.

Posez-vous la question en écoutant cette chose. Je vois d’ici venir ceux qui me diront que le minimalisme et le malaise, la dissonance et la crasse font partie intégrante de la musique de Mehyna’ch, et j’en suis bien conscient. Mais ce n’est valable que quand on sublime le tout, quand on arrive à rendre cela spirituel. Ici, ce n’est pas le cas, et je ne pense même pas qu’il y ait de volonté de faire plus qu’empiler des sons tous plus laids les uns que les autres.

« Tu n’as rien compris au disque », « c’est au-dessus de tes capacités musicale de fœtus malformé », « si tu n’aimes pas tu n’as qu’à ne pas en parler… » Ouais. Bon. Si, en fait. On en parle. Déjà parce qu’il me semble inimaginable qu’Osmose, maison de production dont la qualité n’est plus à prouver depuis des décennies, n’ait pas vu en cet album l’énorme escroquerie qu’il représente. Ensuite parce qu’il faut que ça sorte. Meyhna’ch n’a plus rien à dire, mais continue à l’ouvrir. Et c’est assez insupportable. Même si certaines pistes contiennent un atavisme de ce que Mütiilation a pu être à l’époque, je pense à « Noctural Caravan »,  il n’y a rien ici qui vaille le coup. Écoutez vos vieux albums de Légions Noires si vous voulez ce genre de musique. Pas ça.

Je ne comprends pas cet album. Je ne comprends pas non plus tout ce qu’il se passe dans Deathspell Omega ou Sunn O))), mais au moins, il s’y passe quelque chose, et on arrive avec le temps à intégrer la logique de la musique, à en saisir l’intérêt. Ici, il n’y a que du son dissonant, sans logique, des mélodies pauvres comme les catalans d’ici peu répétées à outrance, et surtout sans la moindre once d’intérêt. Pourquoi ce disque existe-il, pourquoi sort-il chez Osmose, qu’est-ce qui pousse Meyhna’ch à se foutre de la gueule du monde comme ça, pourquoi se vendra-t-il malgré tout ? Bon, pour la dernière question, nous savons tous que c’est parce que le nom d’une vieille gloire du black metal français figure en énorme sur la pochette, accompagnée de son visage pour encore plus de subtilité. Mais pour le reste… « Je ne mourrai pas en entier », sûrement, mais il aurait peut-être mieux valu que l’album ne naisse pas du tout, surtout quand il semble avoir été conçu dans de si mauvaises intentions.

 

About dantefever (169 Articles)
Bonsoir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :