Actualités

Lucifer’s Chalice – The Pact

Pays : Royaume-Uni
Genre : Heavy Metal
Label : Shadow Kingdom Records
Date de sortie : 20 Février 2017

Ce qu’il y a de bien avec la NWOBHM, c’est qu’on jamais fini d’y trouver d’excellents groupes des années 1980 malheureusement passés à la trappe à l’époque et qui ne demandent qu’à être redécouverts de nos jours. Et plus encore, cette vénérable vague britannique a su insuffler une énergie et une créativité qui ne sont toujours pas retombés, et qui continuent à inspirer des formations partout dans le monde. Lucifer’s Chalice est de ceux-là.

Un groupe anglais, qui joue du heavy metal traditionnel, branché à des amplis de guitare surannés accouplés à une basse ronronnante, parlant de Satan, de sorcières et de pactes impies. Si vous n’avez pas encore pensé à Black Sabbath, Witchfinder General, Angel Witch ou Witchfynde, c’est que vous devez réviser vos classiques. Alors oui, ici, nous sommes censés parler de black metal. Mais vous aller me faire le plaisir de ranger les corpse paints et les blasts quelques minutes et de vous rappeler que pour la plupart d’entre nous, c’est le heavy qui a ouvert la brèche.

Si beaucoup ici ont, comme votre serviteur, commencés leur carrière métallique avec Iron Maiden, Mötorhead, Black Sabbath, Judas Priest et compagnie, il n’est pas dit que tous aient continué dans la voix du heavy metal traditionnel, lui préférant le black glacial et tourmenté, laissant les chants grandiloquents et les rythmiques épiques au charme passéiste si particulier de côté. Pour ceux qui, au contraire, ont continué à explorer les terres grandioses du heavy metal, Lucifer’s Chalice a préparé un très beau cadeau.

The Pact est un EP de trente-six minutes. Ne cherchons plus à comprendre, Mosaic sort des EP d’une heure et vingt minutes quand Nails produit des albums d’un quart d’heure. Passons outre les classifications, et regardons plutôt ce que nous avons là. Quatre titres, longs d’entre sept et onze minutes, recouverts par un artwork de toute beauté. Lucifer’s Chalice, c’est du heavy metal classique de chez classique. Avec basse vrombissante, chant enlevé et assez théâtrale, mélodies épiques et tout le reste. Les morceaux aiment s’étendre, durer et  varier les plaisirs, passant des rythmiques énergiques à des tempi plus posés. Dans l’ensemble, Lucifer’s Chalice ne se focalise pas sur des records de vitesse, loin de là. Son objectif, c’est de vous renvoyer tête la première dans les années 1980.

L’hommage est total, les guitares ont même ce petit ton un rien nasillard typique du heavy anglais. La basse sautille et languit tour à tour, la batterie claque et attaque, soutient et épaule la musique en parfaite adéquation avec la mixture globale. Le chant est plus surplombant que haut perché ou agressif. Il me ferait d’ailleurs penser à celui du premier Légionnaire, chroniqué ici-même. Pour démarquer un peu Lucifer’s Chalice de ses confrères passés comme actuels, il faut citer l’atmosphère particulièrement prenante de l’EP, qui plonge dans les thèmes de sorcellerie et de diablerie chers au genre. Les riffs de guitare sonnent comme les accompagnements originels des drames religieux et des chasses aux sorcières, aidés en cela par des samples en début de morceau.

Il n’est pas nécessaire de trop disserter sur The Pact. Les anglais délivrent du heavy parfaitement classique, inspiré, particulièrement bien composé, perclus de mélodies très bien trouvées et entraînantes. Maiden n’est parfois pas loin, en particulier dans les parties les plus rapides. Le son, l’atmosphère, les riffs… Tout est excellent. L’univers occulte développé est d’un traditionnel assumé mais toujours plaisant, la longueur des pistes n’est jamais problématique. En fait, avec une production un peu plus encrassée, le groupe aurait pu être présenté comme un joyau perdu des années 1980 que personne n’aurait soupçonné quoi que ce soit.

Lucifer’s Chalice s’adresse à ceux qui aiment passer des heures et des heures à exhumer des reliques des années folles du heavy, et qui seront touchés d’émotion en réalisant que plus de trente ans après, des groupes continuent encore et encore à jouer cette musique dans les règles de l’art tel qu’elles ont été définies à l’époque. The Pact est très hautement recommandable, s’écoute avec un plaisir fou et dénote suffisamment entre vos albums de heavy classique pour être réécouté encore et encore. Si comme votre serviteur vos avez fait du vieux heavy metal anglais une valeur de vie incorruptible et cardinale, vous avez là de quoi faire vivre la flamme.

About dantefever (180 Articles)
Bonsoir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :