Actualités

Live Report – Impiety + Necrowretch + Cadaveric Fumes + Bestial Nihilism – Nantes

Le Ferrailleur est sans nul doute l’un des hauts-lieux du metal en France. La salle est depuis dix ans une vraie référence dans la programmation de concerts, et beaucoup de groupes prestigieux s’y sont produits. Ce mercredi 6 décembre, Nantes accueillait les légendaires blasphémateurs de Singapour Impiety, accompagnés des tyrans de Necrowretch pour la tournée Winter War Apokalypse Tour. Sur place, les deux formations voient leurs rangs s’enrichir avec Bestial Nihilism et Cadaveric Fumes. C’est donc très enjoué que je me rendais hier soir au Ferrailleur, impatient d’assister au concert d’une de mes formations favorites dans le domaine du carnage impie que votre serviteur affectionne tant.

Premier pas dans la salle, dernier accord joué par Bestial Nihilism. Belle synchronisation. Rien à dire, donc… Tant pis, on va jeter un œil au rachitique stand de merch avant de s’asseoir pour attendre le concert de Cadaveric Fumes. Une fois les très nonchalants musiciens arrivés sur scène, le matériel installé et les balances faites, le concert commence. Un bassiste, un guitariste à l’instrument bien chargé d’effets en tous genres, un batteur et un chanteur. Du death metal à guitare unique, ce n’est pas très courant… Mais Cadaveric Fumes n’est pas un groupe courant. Son death metal semble très inspiré par le rock progressif/psychédélique des années 1970, en témoigne ce son de guitare très délayé, plein de réverbération.

La musique se fait assez spatial, au sens où la brutalité n’est pour ainsi dire jamais au rendez-vous, préférant laisser la place à des ambiances plus aériennes et abstraites. Autant la formation me charme assez sur disque, autant il faut bien reconnaître que je n’ai pas du tout été pris dans la prestation des français ce soir. Plaisante et agréable à voir, mais pas vraiment prenante. La faute sûrement à un son particulièrement illisible, mais on y reviendra…

Après une grosse demi-heure de jeu, Cadaveric Fumes laisse sa place à Necrowretch, qui lui se situe déjà beaucoup plus dans le spectre d’écoute de votre serviteur. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, il s’agit d’un death metal particulièrement sauvage à forts relents black. Très maléfique et véloce, le groupe se fendra d’une prestation d’une puissance folle. Coup de « chance », le groupe bénéficiera du son le plus potable de la soirée. Pas correct, il ne faudrait tout de même pas trop en demander, mais moins pire que pour ses confrères de scène. Connaissant plutôt bien les morceaux joués ce soir, dont beaucoup proviennent du dernier album du groupe Satanic Slavery, votre serviteur arrivera plus ou moins à se repérer dans les compositions très denses et à se mettre dans la prestation. Il faut dire que Necrowretch dégage un charisme impressionnant sur scène.

Une aura puissante et sauvage se dégage des musiciens, et on est impressionné par les hurlements de sorcière de Vlad. Globalement, le concert sera le meilleur de la soirée, avec cette impression constante de se trouver devant quelque chose de réellement extrême, d’hostile et de malsain. Respect à cet excellent groupe, qui aligne les albums irréprochables et défend son blason avec une rage et une brutalité impressionnante sur scène. À revoir très vite, dans de meilleures conditions évidemment. Ce qui ne devrait pas être trop dur…

Place au patron de la soirée, le puissant Impiety. L’immense backdrop est rapidement mis en place, Shyaithan et ses deux compagnons prennent possession de la scène environ vingt minutes après Necrowretch. Seulement deux compères… Votre serviteur a déjà eu quelques doutes en ne voyant qu’un seul guitariste. Difficile d’asséner toute la brutalité dont est capable Impiety sur album avec une seule six-cordes… Le concert commence, et plusieurs constats s’imposent. Déjà, Shyaithan, malgré ses quarante-cinq ans et ses années de concerts derrière lui, fait preuve d’une rage peu commune derrière le micro. Bottes cloutées jusqu’aux genoux, bras hérissés de piques, corpse paint rudimentaire à la Blashpemy… L’attirail du black death bestial est bien présent, et la violence affichée n’est clairement pas feinte. Shyaithan sera durant l’heure de concert complètement possédé derrière son micro, bougeant frénétiquement la tête et maniant sa basse comme s’il allait à tout moment s’en servir pour massacrer le premier venu. Extrême jusqu’au bout.

Second constat, le son est simplement immonde. Ce n’est pas compliqué, on n’entend pas la guitare. Ou plutôt si, on entend « grzzzzzzzzzzzzz ». Tout le long. Et rien à faire, votre serviteur aura beau bouger partout dans la salle, pas moyen de discerner quoi que ce soit. Il m’est arrivé de ne pas reconnaître du tout certains morceaux, alors que je connais pourtant bien la discographie d’Impiety. Et quand je dis « il m’est arrivé », comprenez que ce fut le cas pour un morceau sur deux, si ce n’est plus. Je passerai donc le concert à tenter de comprendre quelque chose, puis en désespoir de cause à me concentrer sur l’extraordinairement brutal jeu de batterie et l’aspect visuel du concert. Pour les riffs, on repassera…

Fin du concert, votre serviteur rentrera directement chez lui, assez furieux pour ne pas trop penser au froid pourtant pénétrant. Il est simplement inadmissible de la part d’une salle comme le Ferrailleur, dotée d’une grosse réputation et voyant se succéder des formations de premier plan, de ne pas être capable de donner un son ne serait-ce que correct à ses groupes. Surtout quand on reçoit Impiety, soit un groupe rare en Europe et qui plus est absolument culte. À se demander pourquoi la salle est si renommée, et pourquoi elle fait office de passage obligé pour beaucoup de tournées.

Déception donc que cette soirée, dont votre serviteur attendait beaucoup. Necrowretch fut le groupe le plus marquant et ne démérite pas une seconde, et Impiety aura eu beau donner tout ce qu’il avait, il n’y a rien qui puisse être fait quand l’on joue sur une scène aussi bien sonorisée qu’une kermesse dans une école primaire. Particulièrement frustrant au regard de la rage et de la conviction que les vétérans mettaient dans leur musique. Une soirée qui aurait pu être extraordinaire, mais qui laissera un goût très amère dans la bouche de votre serviteur. Impiety méritait mieux que ça.

About dantefever (180 Articles)
Bonsoir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :