Actualités

Evilfeast – Elegies of the Stellar Wind

Pays : Allemagne
Genre : Black Metal Atmosphérique
Label : Einsenwald Productions
Date de sortie : 15 Décembre 2017

Evilfeast fait partie des grands noms du black metal atmosphérique. L’entité se forme en Allemagne en 1998, sous la forme d’un one man band. GrimSpirit est seul maître de son œuvre depuis vingt ans, et construit son monument dans son coin, ne sortant jamais rien de mauvais et persistant dans son black metal froid, dédié à l’hiver, à la nature, aux ténèbres et à la contemplation.

Votre serviteur a une sympathie toute particulière pour ces projets qui restent sous leur rocher enneigé, remarquables par leur immobilisme et leur dévotion à leur position, leur ancrage. Evilfeast se présente comme l’archétype du projet de black metal atmosphérique dans sa représentation la plus parfaite. Des pistes longues, très longues, des riffs simples et répétitifs, une batterie très simple, légèrement en retrait, qui cimente le mur de son, des grognements réverbérés assez lointains, beaucoup de claviers, et quelques accalmies à la guitare sèche ou au clavier sur fond de vent d’hiver. Classique de chez classique. Cependant, Evilfeast a contribué à modeler ce classicisme, à en définir les composants à l’origine du genre. Et cela se ressent.

Evilfeast fait simple. Tellement simple que l’on pourrait s’attendre à s’ennuyer, à écouter une musique vue et revue. Et c’est le cas. Evilfeast ne cherche pas à surprendre, ni à innover. Il fait ce qu’il sait faire, et Dieu qu’il le fait bien. Les chansons s’étendent, se succédant les unes aux autres sans véritable pause, toujours plongés que nous sommes dans cette atmosphère d’hiver si prenante. On pense évidemment à Paysage d’Hiver par moment. Comment y échapper ? Mais rassurez-vous, vous qui n’arrivez pas à entrer dans le monolithisme extrême du groupe de Worth. Evilfeast se fait plus varié que son confrère suisse.

Les blast sont moins omniprésents, alternant avec des rythmiques plus posées et ambiancées, laissant parfois la place à des mid-tempi sur lesquels se déversent des accords lents et touchant au possible comme sur « Archaic Magic… A Cenotaph Below the Cursed Moon ». Nous ne sommes pas continuellement plongés en pleine tempête de neige, mais nous avons le temps de contempler de vieilles ruines et de vastes paysages boisés entre deux assauts du vent et du blizzard. Les nappes de clavier glaciales, les chœurs indistincts et éthérés apportent une douceur enveloppante, donnant une profondeur et une insondabilité à l’album. Comprenez que l’on ne voit pas le bout de l’univers d’Evilfeast. On se sent plongé dans un hiver sans fin, peuplé d’ancien savoir et de vestiges d’autrefois, sans pouvoir en apercevoir les limites, sans pouvoir savoir s’il y a une autre réalité que cet infini blanc, glacial et ancien.

La production est à peu près parfaite pour ce genre d’album. Plus ample que celle des précédentes réalisations du groupe, elle permet à la saturation de prendre une vaste place, les guitares se faisant très grésillantes et raw. On plonge donc dans ce monde fait de froid et de motifs mélodiques simples sans aucun problème. L’aspect de profondeur de l’univers souligné plus haut est très redevable de ce choix de production. En plus de la réverbération omniprésente, cet aspect très étendu et large des sons vient agripper l’auditeur pour le faire descendre explorer la forêt et le cloître de la vielle église présente sur la magnifique pochette.

Elegies of the Stellar Wind est un véritable cocon dans lequel on se glisse pour habiter l’hiver. Dans ces mélodies et ces jalons que nous connaissons si bien, l’inexplicable force évocatrice et émotionnelle de l’hiver se dévoile. Une saison qui ramène toujours au passé, à ce qui est ancien, à la contemplation et à la nostalgie. Evilfeast réussit à donner une senteur tout particulière à l’hiver, malgré la manière très classique dont il l’explore. Son black metal transcende, emporte et finalement émerveille. Evilfeast redonne à cette saison galvaudée et surexploitée sa vraie authenticité, en convoquant de nouveau les sentiments qui lui sont liés.

Elegies of the Stellar Wind est un album long, homogène, immersif, prenant et touchant. Du black metal classique, codifié et sans aucune originalité, mais fort d’un esprit et d’une dévotion à ses thématiques canoniques vivace et sincère. Il rejoint, aux côtés de certains albums d’Agalloch, de Paysage d’Hiver et de Mosaic, le petit cercle personnel que votre serviteur ne se réserve que pour la période de l’hiver et ses alentours.  Une œuvre précieuse, qui ne souffre d’aucun véritable défaut, qui prouve que l’on peut encore aller véritablement à la rencontre de l’hiver dans le black metal.

About dantefever (180 Articles)
Bonsoir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :