Actualités

Taake – Kong Vinter

Pays : Norvège
Genre : Black Metal
Label : Dark Essence Records
Date de sortie : 24 Novembre 2017

Comme toujours dans notre bonne vieille Europe, l’hiver revient encore et encore, et cette année Taake revient aussi. Mais pas forcément pour notre plus grand bonheur. Taake a eu un rôle important pour beaucoup d’amateurs de black metal. Il est pour beaucoup d’entre nous un des groupes qui a enraciné le black metal dans nos cœur, nous donnant envie de l’aimer et de l’écouter pour toujours. Pendant des années, il a représenté ce que le black metal norvégien avait de plus pur à nous offrir. Mais c’est justement les groupes qu’on aime le plus qui nous déçoivent le plus.

Dans cet album, on ressent un grand vide, Hoest est toujours là, son talent aussi, mais les bonnes idées, elles, sont aux abonnés absents. En effet, il semblerait que Hoest ait voulu changer le rythme de sa musique, tout en gardant le même feeling et la même ambiance, grave erreur qui s’ajoute à nombre d’autres erreurs stratégiques dans les choix artistiques.

Hoest a donc choisi de ralentir le tempo, faisant durer les passages aux tempos lents et favorisant le mid-tempo. Tout ceci dénote avec les derniers albums, et donne vraiment un côté agaçant à ce Kong Vinter, car les passages en tempo rapide c’est pour moi ce que réussissait le mieux Taake, et ce tout au long de sa discographie. Hoest fait donc presque la même bourde qu’avait fait Drudkh avec Songs of Grief and Solitude, se concentrer sur ce qui plaît le moins à ses adeptes.

Il y a ici un côté très plat et monotone qu’on ne retrouve pas dans les autres albums du groupe. On se demande même si ce n’est pas voulu, car Taake accentue bien le côté monotone en donnant plus dans le coté répétitif des riffs et en laissant une plus grande place aux parties instrumentales « pures ». Le but était sans doute d’insister sur l’effet hiver, l’hiver qui glace et qui dure, et moins sur les tempêtes de neiges qu’étaient les albums précédents. Mais en réalité, Taake réussit plus à nous ennuyer qu’autre chose.

C’est d’ailleurs dommage de se priver de la superbe voix de Hoest, qui non seulement se fait moins présente, mais est en plus mise au second plan par la production. Pour couronner le tout, Hoest y donne moins de puissance et utilise sa voix uniquement comme un accompagnement ponctuel à sa musique.

Triste exploit pour Taake, Hoest réussit ici à garder un côté rock’n’roll qui en avait agacé certains sur les précédents albums, tout en perdant le coté catchy qu’il avait apporté à ses projets. De plus, Hoest nous fait partager son goût pour les progressions lentes et les mélodies plus alambiquées qu’autrefois. Mais à côté de ça, on perd ce côté naturel et beau qu’avaient ses compositions. Comme si Hoest s’était forcé à faire cet album. Taake perd donc en inspiration et en puissance ce qu’il gagne en sophistication.

Je dois vous prévenir que mon avis est sans doute biaisé sur le sujet. En effet, même si je n’ai guère apprécié cet album, je n’avais pas non plus apprécié l’album éponyme, que je considérais jusque là comme le plus mauvais Taake, alors que beaucoup ne voyaient rien à redire sur cet album. À l’inverse, j’avais plutôt apprécié Striden Hus, qui n’avait pas eu que de bons retours de la part du public. Il n’est donc pas impossible que vous ne soyez pas choqués par cet album. Malgré tout le mal que j’ai pu en dire, on reste quand même dans du Taake, du Taake moins puissant, moins intéressant, plus instrumental, mais du Taake quand même.

Pour faire simple, on est loin d’être ici face à un mauvais album de black metal, on ne dépasse cependant pas le niveau du correct. Mais pour un groupe tel que Taake, un album correct, c’est plus qu’une déception, c’est un déchirement interne ! Et nous, fans de Taake, ne pouvons que pleurer, sans savoir si c’est à la fin d’une légende que nous assistons, ou simplement une panne d’inspiration. Mérite-t-il d’être accablé pour cette baisse de niveau ? Non. Certes, Taake a eu trois ans pour réaliser cet album, mais il a aussi fait énormément de concerts pendant cette période, on peut le pardonner. Mais le doute plane quand à l’avenir du groupe, un groupe qui me déçoit pour la première fois. Espérons juste que Hoest se reprenne en main pour la prochaine fois.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :