Actualités

Funeral Desekrator – First Desekration

Pays : France
Genre : Black Thrash Metal
Label : Atavism Records
Date de sortie : 28 Juillet 2017

Quand il y a du black thrash à chroniquer chez Heiðnir, la question ne reste pas longtemps en suspens. Le black thrash, c’est pour Dantefever. Votre serviteur a développé une forme de pathologie nerveuse d’une gravité extrême il y a quelques années, qui se traduit par une frénésie d’écoute du style susnommé, résultant finalement en une constante envie de partir en guerre à la tête d’une armée de démons puants. Et pour une fois que l’on parle d’un groupe français dans ce style, il ne fallait pas laisser passer Funeral Desekrator.

Si la France a une excellente scène heavy, une scène black de tout premier ordre et même une scène death tout à fait respectable, il faut avouer qu’en matière de thrash, et qui plus est de black thrash… Nous ne sommes pas encore sur ce front-là, dirons-nous. Mis à part peut-être Manzer, qui se défend plus qu’honorablement sur ce terrain, évidemment. Toujours est-il que du black thrash sale et furieux venu de chez nous, ça ne court pas les rues.

On commence d’entrée de jeu avec « Satan My Distress », qui balaye tout sans laisser le temps de réagir. La piste démarre au quart de tour avec d’excellents riffs thrash salis au black particulièrement convaincants. Mention spéciale au riff commençant vers trente-cinq secondes, qui donne envie de tout casser autour de soi. On enchaîne avec « Kings of Demons », bien méchante mais peut-être un peu plus lente, qui se fend d’un très bon riff black vers une minute quarante-cinq.

Malheureusement, « Mutilation » vient mettre un coup de frein qualitatif et rythmique. La piste se repose sur des riffs lents, répétés à outrance, pas vraiment convaincants et rapidement lassants. Malgré les quelques saillies de vitesse, la piste est sans doute la plus faible de la démo, avec un solo de milieu de course assez discutable, puis un retour à la lenteur tout aussi dispensable. Faire sale et grinçant, on peut, mais il faut le faire bien. L’essai réalisé ici n’est pas vraiment une réussite, et on le déplore…

« Enfer Noir » débarque ensuite, renouant avec les riffs en trémolo bien agressifs et maléfiques. On passera sur le ralentissement final assez peu pertinent, et l’on aurait aimé un peu plus d’efficacité dans l’absolu, mais la piste est tout de même une belle démonstration de riffing. Un bon rattrapage après « Mutilation ». Enfin, « The Descent » vient clore les hostilités avec une nouvelle couche de vitesse et d’agression. Ouverture purement thrash, puis vers la vingtième seconde arrive un riff que l’on croirait emprunté au Sodom de In the Sign of Evil. La hargne est de retour, on se sent pousser des poils drus et des cornes pointues. La démo se conclut donc de fort belle manière, avec une chanson très enthousiasmante.

Funeral Desekrator nage dans le black thrash très classique, mais a un vrai talent pour l’efficacité. On regrette simplement une production un tantinet trop propre peut-être, et une voix manquant un peu de coffre… Dans l’ensemble, c’est peut-être ce que l’on peut reprocher à Funeral Desekrator, à savoir rester un peu trop sage. Les riffs sont clairement là, mais un peu de foutoir et, oserait-on le dire, d’esprit punk permettrait de rajouter une couche d’agressivité et de frénésie qui serait parfaitement à sa place.  Rien de bien grave toutefois, et surtout rien qui empêche d’apprécier une démo très bien ficelée, qui annonce du très bon pour la suite. Funeral Desekrator a un vrai potentiel, et on ne peut pas lui demander de le faire exploser dès sa première démo. Au contraire, il est très alléchant de constater que le groupe a un talent certain, et que même en en ayant encore sous le coude, il est capable de sortir des chansons efficaces et puissantes.

En mettant l’accent sur son efficacité indiscutable en vitesse rapide et en prenant un peu d’épaisseur sonore, Funeral Desekrator pourrait arriver à se tailler une place de choix dans la scène black thrash française qui ne demande que ça. Avec un peu de chance, on imaginerait très bien le groupe se retrouver à l’affiche à côté d’un Goatspell très prochainement.

About dantefever (193 Articles)
Bonsoir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :