Arkhtinn – VI

Pays : Inconnu
Genre : Ambient Black Metal
Label : Fallen Empire Records
Date de sortie : 19 Février 2018

Conformément à ce que son rythme de production laisse supposer année après année depuis 2016, il était visiblement temps pour Arkhtinn de sortir son sixième album, ou simplement démo, comme il aime à qualifier ses sorties. Le mystérieux cryptoprojet, toujours aussi bien caché, revient donc avec le sobrement nommé VI, et aussi avec quelques petites nouveautés qu’on ne lui connaissait pas, jusqu’alors, sur le plan musical. Toujours le même format, toujours la même volonté de faire abstraction et de faire voyager, mais sur le plan technique, Arkhtinn semble vouloir quelque chose de différent…

Dans le paysage black metal au sens large, on sait parfaitement ce à quoi ressemble la musique d’Arkhtinn, et cette dernière est d’ailleurs reconnaissable de manière assez aisée lorsque l’on connaît un minimum le style du projet. Deux titres d’une vingtaine de minutes pour chaque sortie, l’un riche d’une vision dangereusement grandiose et très atmosphérique du black metal, un black metal d’ailleurs rempli de blasts et d’incessants riffs saturés, et l’autre plus dark ambient, porté sur des évocations ténébreuses et inconnues. Arkhtinn, de manière grossière et facile, c’est ça. Du moins, c’était ça. Car avec la sortie de cette nouvelle démo, on dirait que le projet souhaite s’essayer à quelque chose de moins aérien et de moins éthéré, mais surtout, à quelque chose de bien plus déchirant.

Ce qui était audible sur le premier titre de V peut être retrouvé sans trop de mal, cependant, Arkhtinn semble pousser plus loin sa quête du morbide et du lancinant. Jusqu’alors, il était difficile d’associer le projet à autre chose qu’au évocations vaporeuses mais périlleuses de l’espace, et sa musique rappelait d’ailleurs, non sans procurer un certain plaisir, le style de Darkspace, véritable référence en la matière. Mais récemment, le céleste a laissé place à la douleur, et Arkhtinn évoque davantage une souffrance crispée qu’une invitation à la contemplation. Son style demeure le même, simplement, et notamment grâce à des chants véritablement hurlés et situés plus au premier plan qu’auparavant, le titre black metal de VI surprend quelque peu son monde.

Un certaine impression de lourdeur s’empare de l’auditeur. Le rythme, toujours aussi cadencé, se montre plus épais à l’oreille. Arkhtinn est toujours aussi obsédant, mais de manière bien plus directe qu’auparavant, comme si le voyage atmosphérique si justement suggéré avait été mis dehors au profit d’un ambient black metal qui ne s’embarrasse guère des détails et des artifices. Alors attention, le seul titre black metal de la démo demeure excellent et permet de vivre une expérience des plus singulières. Arkhtinn reste Arkhtinn. Mais ce léger virage pourrait décevoir dans la mesure où la grande force du projet était, en schématisant aventureusement, de sonner black metal en faisant de l’ambient. Désormais, la balance penche clairement de l’autre côté.

Concernant le titre dark ambient de l’album, le parti pris est celui du voyage et de l’apaisement, même s’il dégage quelque chose de délicieusement inquiétant, comme il est de coutume. Inutile de s’attarder outre mesure là-dessus, et chacun peut de toute manière avoir sa propre interprétation de la chose. C’est donc la première partie de la démo qui surprend, et le choc a dû être rude pour les amoureux de la dimension cosmique du projet. VI est malgré tout une excellente sortie, peut-être l’une des meilleures de la part d’Arkhtinn. Mais tout de même, le projet semblait plus efficace et exquis dans un registre destiné au voyage avant tout. Dommage.

Au revoir l’ambient, bonjour le black metal. Voilà comment nous pourrions vulgairement résumer la sixième sortie du cryptoprojet. Il est un peu décevant de constater qu’Arkhtinn ait eu besoin de faire évoluer quelque peu son style, même si la chose se comprend aisément. Plutôt que d’avoir à nouveau droit à une ode spatiale tout à fait formidable, voici que la communauté black metal a eu l’occasion de faire connaissance avec cette démo très oppressante. La recette fonctionne à vrai-dire, et même très bien, mais c’est différent de ce à quoi Arkhtinn a habitué son public. Et si le projet venait à continuer sur cette voie, difficile de dire si l’on saura s’y habituer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *