Ols – Mszarna

Pays : Pologne
Genre : Dark Folk / Neofolk
Label : Indépendant
Date de sortie : 15 Avril 2018

Après la sortie d’un premier album éponyme il y a environ un an et demi, le projet polonais d’Anna Maria Oskierko revient au mois d’avril avec un deuxième album plutôt attendu. Officiant dans un registre hybride mêlant des éléments neofolk à des chants féminins, Ols présente une recette séduisante qui avait très bien marché sur sa première sortie. Un an et demi plus tard, il revient à l’artiste de continuer sur cette voie et de faire étalage, peut-être, de la maturité qu’elle a gagnée entre temps dans le but de rendre sa musique encore plus réussie.

D’entrée de jeu, on constate que l’univers graphique qui entoure Ols a été particulièrement soigné, notamment grâce à des costumes très travaillés et à la réalisation d’un clip qui sied tout à fait à l’univers musical du projet. Pas de doute, Mszarna intrigue et séduit par ses atours. Sur le papier, on remarque également que les titres sont plus longs, et donc potentiellement plus prenants. Et effectivement, il faut avouer que l’atmosphère générale de l’album a été particulièrement bien travaillée pour permettre à l’auditeur de voyager vers les contrées contées par l’artiste. Le dépaysement est indéniablement au rendez-vous.

Sur le précédent album, les chants d’Anna Maria étaient pour ainsi dire le principal élément sonore de la musique du projet. Sur Mszarna, les chants demeurent au premier plan, mais les instrumentations et différentes sonorités ont été davantage travaillées pour faire en sorte que le décor musical soit bien plus riche, et la chose sert évidemment le rendu général de l’album. Au rayon des grosses satisfactions, on peut citer le titre « Wiedźmowa », qui avait notamment été dévoilé en marge de la sortie de l’album, ainsi que « Księżycowa », dont les accents ritualistes plus prononcés apportent un réel plus par rapport aux autres pistes.

Mais si l’on peut reprocher une chose à cet album, bien qu’il soit évidemment magnifique, il serait question de l’espèce de confort dans lequel l’auditeur est laissé du début à la fin. La volonté de l’artiste n’est évidemment pas de secouer ou d’inspirer la peur, mais un ou deux titres aux accents plus sombres ou suggérant une certaine appréhension n’aurait pas été de trop, loin s’en faut. À l’écoute de Mszarna, l’auditeur demeure dans un clairière fleurie balayée par le vent alors qu’il pourrait très bien être amené vers les inquiétants bois qui la borde. C’est un peu dommage. Il ne s’agit pas réellement de quelque chose qui fait baisser la qualité de l’album, mais ce choix fait indéniablement naître une pointe de frustration.

C’est une nouvelle promenade très colorée proposée par Ols. Comme pour l’album éponyme, Mszarna propose des tableaux printaniers et rassurants grâce à une musique toujours aussi lisse et bien produite. Nul doute que le projet polonais saura trouver un public de choix, et il s’agit là d’une juste récompense suite au travail fourni pour l’écriture de ce nouvel album. Plus d’assurance se dégage de Mszarna. Mais peut-être aurons-nous droit à quelque chose de plus sombre à l’occasion de la prochaine sortie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *