Actualités

Neige et Noirceur – Vent Fantôme

Pays : Canada
Genre : Ambient, Drone, Black metal
Label : Avantgarde Music
Date de sortie : 30 mars 2018

Dans la grande famille du métal noir québécois, le nom de Neige et Noirceur est bien connu et les aficionados savent que le projet solo de Spiritus, existant depuis 2002, est l’un des plus prolifiques de la scène avec plus d’une vingtaine d’albums, splits, EP, singles et compilations au compteur. Ces œuvres, comme leur géniteur aime à le rappeler, sont inspirés par les longues soirées d’hiver de sa terre natale. Habitué d’un black ambient classique mais efficace, Neige et Noirceur, avec son dernier opus Vent Fantôme, contenant deux titres d’une vingtaine de minutes chacun, revient aujourd’hui par le biais du label Avantgarde Music avec le style qu’on lui connait mais plus épuré, plus minimaliste encore, et s’invitant aux portes du drone et de l’expérimental.

Le voyage musical commence avec le premier titre nommé « Le Diable Blanc », et le décor est posé dès les premières secondes avec ce bruit du vent qui vient nous envelopper dans son murmure. L’apparition des premières notes du synthétiseur suivie de la voix chuchotant ses litanies assoient cette ambiance éthérée et participe à la création de cette aura mystique qui viendra draper cet album. Au rythme des percussions réverbérées et des bourdons saturés, ce dernier prend ensuite une dimension plus dissonante et à mesure que l’on s’enfonce dans cette neige épaisse les pas se font plus lourds et le vent plus glaçant. Les minutes s’enchaînent et l’environnement se fait plus oppressant encore, alternant sentiment d’angoisse bourdonnant et accalmies immatérielles.

Même en quittant ses habitudes de compositions, le style de Neige et Noirceur est tout de même là, tapi dans cette atmosphère où la solitude et la folie semblent les seules accompagnatrices de cette épopée interne où l’esprit est poussé dans ses retranchements. Le calme apparent de certains passages ne cherche qu’à fournir des moments où l’auditeur reprend avec peine sa respiration, et où le souffle du vent reprend son passage entre les arbres immobiles, soulevant sur son chemin le tapis neigeux en des roulis glacés.

Le deuxième morceau arrive, bien nommé « Vent Fantôme ». L’ambiance est toujours aussi spectrale, des clochettes semblent tinter autour de nous sous l’effet des bourrasques environnantes et une succession de bourdons, tels des cordes frottées résonnantes au lointain, déchirent l’espace en de longues plaintes. Sans en faire trop, l’ambiance du morceau poursuit dans la veine du premier en alternant percussions hypnotiques et accords plaqués au synthétiseur. Posant parfois le pied aux limites du dungeon synth, les compositions expérimentales prennent leur temps pour se développer et happer l’auditeur dans leur noirceur environnante.

Poétique, minimaliste et parfois redondant, Neige et Noirceur est cohérent dans sa volonté de vouloir transporter l’auditeur en des paysages protéiformes, où le chemin n’est pas balisé et où l’on trouvera ce que l’on y apporte. Ode à la rêverie et aux sombres chemins de l’imagination, Vent Fantôme est un voyage onirique bien ficelé et entêtant. Sans faire dans la révolution musicale, la qualité de la composition volontairement épurée et intimiste fait honneur à cet album et le projet québécois montre une fois de plus l’étendue de son art dans un registre différent des sorties précédentes.

About François SV (2 Articles)
Chroniqueur musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :