Catubodua – Catubodua

Pays : France
Genre : Pagan Black Metal
Label : Indépendant
Date de sortie : 29 Avril 2018

Fraîchement apparu au sein de la scène pagan black française, soit en 2016, le quatuor Catubodua a récemment mis au monde sa première sortie. Sobrement nommé Catubodua, la sortie de cet EP éponyme intervient alors que l’on avance complètement masqué. Aucune visibilité quant au groupe français ou à ses membres, si ce n’est via une poignée de concerts effectués dans leur région d’origine, et c’est ainsi que la découverte est totale pour n’importe quel auditeur tenté de se familiariser avec l’univers de Catubodua. Un groupe parmi d’autres ou un talent à suivre de près ?

Si la mythologie celtique demeure une énigme pour vous, vous serez sans doute ravi d’apprendre que Catubodua fait référence à la déesse gauloise du même nom, qui n’est autre que la déesse de la guerre et qui n’est apparemment connue que grâce à une seule inscription provenant d’un site de Haute-Savoie. Oui, c’est maigre. Quoi qu’il en soit, c’était visiblement suffisant pour inspirer nos quatre artistes, qui ont décidé de créer leur groupe autour de cette divinité un poil énigmatique, avouons-le.

On est ici face à un pagan black metal plutôt incisif, et dont les quelques passages épiques sont du plus bel effet au milieu de riffs taillés pour la guerre. Catubodua rend également hommage à ses illustres influences, parmi lesquelles Windir, qu’il n’est pas difficile de déceler, en servant à son public une musique très évocatrice mais finalement assez personnelle. Malgré ses trois titres, Catubodua offre tout de même une belle vingtaine de minutes de musique, cela n’étant pas sans lien avec la consistance de ces mêmes titres. Tous plutôt longs, ils contribuent bien évidemment à faire de l’écoute une réelle expérience dépaysante.

Les riffs et la rythmique générale sont assurément les deux gros points forts de l’EP, et ils contribuent à apporter beaucoup de puissance à l’ensemble. Chaque titre se voit ainsi doté d’atouts de poids pour mettre à mal le capital confiance d’un auditeur rapidement balayé par l’espèce de domination dont fait preuve la musique de Catubodua. Le style du groupe sent bon le lichen et la marche nocturne dans les bois, et c’est ainsi que l’on s’imagine très aisément parcourir la forêt d’un pas traînant, appréciant une à une les véritables odes au paganisme proposées par le groupe. Mention spéciale aux chants en français, qui sont très bien exécutés et qui peuvent être compris assez facilement en tendant bien l’oreille, afin d’accéder à tout l’univers du groupe, par ailleurs très riche.

Alternant les passages mélodiques et les passages réellement plus tranchants, Catubodua fait vivre une expérience hors du commun à l’auditeur. Le pagan black est ainsi fait, pour faire ressentir beaucoup d’émotion sans laisser de côté son penchant abrasif, même si cela se perd parfois en cours de route chez certains groupes. Tout ceci, Catubodua le fait à la perfection, et son premier EP laisse entrevoir d’excellentes choses pour la suite des hostilités, que l’on attend évidemment de pied ferme…

Avec un peu de Windir par-ci et un peu de Vindland par-là, voici que Catubodua débarque sur le pas de la porte avec la très ferme intention de bousculer l’ordre établi. Ajoutons à cela la pochette de grande qualité qui illustre la sortie en question, et l’EP a de sérieux arguments pour faire parler de lui. C’est une entrée en matière on ne peut plus réussie pour le quatuor français, qui sera bien évidemment attendu au tournant au moment de dévoiler sa prochaine sortie. Catubodua peut encore tourner un paquet de fois sans faire naître la lassitude, mais on a quand même hâte de voir de quoi la suite sera faite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *