FT-17 – Verdun!

Pays : France
Genre : Black Metal
Label : Indépendant
Date de sortie : 21 Février 2018

Verdun! va vous faire vivre l’une des plus grandes tragédies de notre histoire. Pour ce faire, FT-17 continue l’épopée de Marcellin Trouvé au cœur des tranchées, commencée deux ans plus tôt avec Marcellin s’en va-t-en guerre. Nous allons donc retrouver ici le fameux mélange fait de black metal épique garnit d’influences symphoniques et heavy, le tout entrecoupé d’interludes narratives si chères à FT-17. Voyons donc si FT-17 arrive à rendre dignement hommages aux morts de Verdun et de la Première Guerre mondiale.


La narration est omniprésente chez FT-17 et commence dès la première piste, elle nous aide à entrer dans l’ambiance et vous allez devoir vous y habituer, car il sera difficile pour vous d’aimer FT-17 si vous n’arrivez pas à les apprécier. En effet, ces narrations sont présentes aussi bien en interludes qu’au cœur même des morceaux. « Printemps sur la Meuse » pose donc le décor, Marcellin se prépare psychologiquement à l’assaut, et par là, même l’auditeur se prépare à entendre les premières notes de musique. Marcellin aura donc aussi une fonction plus musicale au cœur des morceaux, car il va donner plus d’intensité à certains breaks ou passages qui auraient été plus banals sans son intervention orale.

À chaque morceau, le groupe ne peine pas à nous faire vivre les images des tranchées et des batailles. En effet, on a ici une équipe de nombreux musiciens qui, bien que peu connus avant FT-17, assurent tous un travail de qualité. On a une basse bien ronde qui accompagne très bien les guitares, qui elles vont alterner entre des riffs de black assez classique, des passages parfois un tantinet heavy, et beaucoup de riffs sonnant très épique. Ces derniers sont souvent accompagnés d’un piano qui ne dénote absolument pas avec l’aspect guerrier de la musique, mais qui au contraire va leur donner un côté symphonique fort plaisant qui donne une certaine profondeur à l’ensemble, ce qui n’est guère surprenant quand on sait que plusieurs musiciens du groupe ont commencé dans le groupe de black metal symphonique Ad Extirpenda.

J’ai parfois entendu dire dans mon entourage qu’on a ici affaire à un album assez plat, mais ceci me semble assez faux. En effet, il faut admettre qu’on peut être lassé par les passages lents à la première écoute, mais en approfondissant, on se rend compte qu’il y a une réelle profondeur dans ces passages lents. Il y a ici un réel travail au niveau du rythme puisque les passages rapides rappellent les instants où la guerre fait rage et où la terre est dévastée par la bataille, mais les passages lents, eux, ont l’utilité de faire respirer l’auditeur tout en conservant un réel effet de terreur, puisque ces accalmies, représentant les accalmies au cœur de la bataille, font vivre l’angoisse du soldat qui ne sait quand va reprendre la bataille.

Le gros point fort de ce groupe, c’est aussi son chanteur, Misein. Le chant a quelque chose de bien particulier, il est en effet situé entre le chant black et le chant clair, et insuffle donc bien plus de mélodie que le ferait ici un simple chant hurlé. C’est pourquoi dans cet album, les refrains restent vraiment en tête, sont très accrocheurs, et donnent vraiment envie d’être chantés. Pour favoriser encore plus cet effet fédérateur, les paroles sont souvent bien plus compréhensibles que la moyenne.

Ce n’est pas pour autant que le chanteur va monopoliser la parole, laissant souvent la place à Marcellin et à d’autres chanteurs secondaires, notamment dans « Au Fond du Trou », ce qui donne une ambiance très guerrière. Les paroles, quant à elles, sont ici très importantes. Elles font preuve d’un grand réalisme et font office de récit de bataille. Elles décrivent parfois avec une grande froideur et une grande objectivité le quotidien des poilus, aussi bien dans leur combat que dans leur vie quotidienne au cœur des tranchées, et vont parfois plus se concentrer sur les sentiments qu’éprouvaient ceux-ci.

Les seuls petits reproches que je peux faire à cet album concernent ses rares moments un peu plats, je pense en particulier au final de « Au Fond du Trou », dont on aurait peut être pu se passer. FT-17 peut être fier de cet album et les âmes des poilus ne peuvent qu’êtres honorés d’un tel hommage. Foncez vers cet album si vous avez besoin de trouver de la vaillance pour affronter votre quotidien. Les tribulations de Marcellin Trouvé vous feront relativiser sur votre sort et vous pousseront à garder courage en toutes circonstances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *