Actualités

Bovary – Mes Racines dans le Désert

Pays : France
Genre : Black Metal
Label : Nar Productions / Solar Asceticists Productions
Date de sortie : 6 Février 2018 (première version)

Inspiré par l’un des personnages les plus célèbres du courant réaliste et de la littérature française dans son ensemble, le trio français Bovary signait au début de l’année sa première sortie chez Nar Productions, avant de la rééditer chez Solar Asceticists Productions. Mes Racines dans le Désert, démo d’une bonne demi-heure, n’est pas passée inaperçue au sein du paysage black metal français, en grandes parties grâce à sa musique froide et crue. Malgré de multiples inspirations bien diverses, Bovary semble être sur la voie de l’identité avec un style qui appelle une carrière plutôt remarquable…


Un black metal assez abrasif couplé à de sérieux aspects empruntés au DSBM. Voici, à peu de choses près, ce qu’il faut retenir quant à la catégorisation somme toute nécessaire de Bovary. Les trois françaises ont dévoilé en début d’année une sortie qui n’a de démo que le nom, contenant à boire et à manger pour n’importe quel adepte de black metal à tendance douloureuse. Alternance de passages de black metal corrosif et de passages plus calmes et méditatifs, Mes Racines dans le Désert est une oeuvre intrigante qui n’a pour ainsi dire pas grand chose à envier à certains albums pourtant réputés pour leur douleur vive et prenante.

La démo s’amorce avec un titre éponyme plutôt évocateur, d’abord mélancolique puis plus lancinant, histoire de lancer les hostilités sur un titre à l’image de la sortie en elle-même. La production se montre surprenante de justesse, soulignant avec efficacité la souffrance ambiante sans pour autant rendre le tout trop sale à l’oreille. C’est sur le deuxième titre, à savoir le délicatement nommé « Ta vie c’est mes chiottes », que les choses sérieuses démarrent, avec l’apparition des chants prenants de Queen Thrash. Ces derniers sont bien maîtrisés sans pour autant tomber dans le cliché, et confèrent d’ailleurs à l’ensemble une réelle dimension de déchirement.

On retrouve un peu de Mortifera dans l’atmosphère, ce qui n’est franchement pas fait pour déplaire. Toute la démo est empreinte d’un climat que l’on qualifiera d’évolutif, il se montre tantôt criard, tant plus suggéré, mais la douleur est toujours présente, comme contée de manière différente pour offrir une réelle variété à l’auditeur. C’est d’autant plus louable que le registre dans lequel se situe la musique de Bovary offre rarement une telle succession de paysages sonores. La longueur des titres offre également aux artistes une certaine marge de manœuvre et sert évidemment l’instauration d’un climat plus torturant.

L’auditeur se retrouve rapidement cerné par les aspects misérables de sa pauvre condition, comme si la musique de Bovary avait le pouvoir de ramener à la surface des problèmes oubliés, volontairement ou non. Les lignes de basse, bien qu’elles ne soient pas toujours bien audibles, apportent parfois un surplus de lourdeur, comme si la batterie léthargique et les riffs déjà très maussades n’étaient pas suffisant pour accabler un auditeur déjà bien mal en point. La palme revient sans doute à « Automne », qui se montre bien plus tranchant que les autres titres et qui sublime à merveille l’atmosphère mise en place jusqu’alors. Très efficace.

Bovary a encore du chemin à parcourir avant de s’affirmer, mais le groupe est effectivement sur la bonne voie pour devenir l’une des formations à suivre au sein de l’Hexagone. Grâce à Mes Racines dans le Désert, Bovary a fait une entrée remarquée sur la scène black metal en susurrant des insanités et des horreurs à l’oreille de son public potentiel. Il y a une réelle douleur présente sur cette démo, et le travail réalisé par les trois artistes a fait de cette douleur quelque chose de réellement prenant, contrairement à la majorité des sorties en la matière. À suivre.

About Maxime (466 Articles)
Fondateur / Rédacteur chef - maxime.deruy@gmx.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :