Caoranach – Dòigh Nàdair

Pays : États-Unis
Genre : Dungeon Synth
Label : Out of Season
Date de sortie : 9 Juillet 2016

Jusqu’à présent auteur de deux très bon albums respectivement sortis en 2013 et 2015, l’artiste américain Caoranach a récemment eu la judicieuse idée de rassembler ces deux albums dans une espèce de compilation à paraître au format cassette via le label américain Out of Season. Résultant de la fusion de Damh Geal et de Drùidheachd de a’ Each​-​uisge, se mue en album très consistant, mais surtout riche de bon nombre de choses chères au amateurs de dungeon synth.

Outre le scandale ayant éclaté entourant l’artiste brésilien Heivok (celui-ci ayant uniquement composé sa discographie de titres volés à d’autres artistes), la principale attraction de la journée au coeur de la communauté dungeon synth aura été ma rencontre avec Caoranach. Le projet américain aux accents celtiques, à l’origine de deux albums, les a rassemblés pour le bien d’une édition cassette qui pourrait vite revêtir le costume de must have pour chaque collectionneur de dungeon synth qui se respecte. Au programme, quatorze titres assez courts, mais qui ont chacune quelque chose à offrir dans la dynamique général de l’album. Flirtant parfois avec la musique électronique typée berlin school ou la musique médiévale, Caoranach livre avec Dòigh Nàdair une sortie qui laisse difficilement de marbre.

Après une introduction haute en couleurs intervient le premier titre réellement frappant de l’album. Grâce à sa rythmique ultra efficace et à ses accents vintage irrésistibles, « Salmon of Knowledge » permet une pleine entrée dans Dòigh Nàdair. On a ici affaire à quelque chose d’assez passéiste qui s’inspire directement de la musique électronique du siècle dernier. L’adhésion est absolument totale. Après un titre tel que celui-ci, il faut être très fort pour tenir la cadence, ce que l’artiste fait à merveille. Après un « The Banshee’s Reply » correct mais pas transcendant, les choses reprennent comme il se doit avec « Land of Youth ». Les mélodies entraînantes refont leur apparition, toujours soutenues par cette atmosphère old school très prenante.

Caoranach propose une musique à multiples facettes, tantôt simplement old school, tantôt qui rappelle réellement les codes du dungeon synth à ambiance médiévale (comme sur « Rise, Phantom Queen), et le résultat est évidemment excellent. D’autres joyeusetés viennent se greffer çà et là, telle que la piste « Vengeance for Caoranach », directement inspirée du folklore musical celtique. De manière, c’est absolument tous les titres qui présentent un intérêt pour l’auditeur. Avec ses deux uniques albums désormais réunis en un seul, l’artiste américain a effectivement réalisé un travail époustouflant.

Que chaque adepte de dungeon synth soit aux aguets, voici une sortie physique à ne manquer sous aucune prétexte. Un peu de Jim Kirkwood par-ci, une pointe d’Acheulean Forests par-là, et voici une compilation qui rassemble tout ce que l’on recherche à l’écoute du genre musical tant chéri. La compilation est une vraie bonne idée, mais surtout, elle rend compte de véritables prouesses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *