Iron Griffin – Curse of the Sky

écrit par Calicem
0 commentaire

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Pays : Finlande
Genre : Heavy Metal
Label : Indépendant
Date de sortie : 22 Mars 2019

Vous en avez peut-être entendu parler récemment, Iron Griffin a sorti il y a peu de temps son premier album nommé Curse of the Sky, ceci après un EP éponyme et le recrutement de Maija Tiljander au chant. Duo finlandais, Iron Griffin opère dans un heavy metal traditionnel début 1980, avec des pointes de folk, à mi-chemin entre Ashbury et Heavy Load. La nostalgie et la vaillance pourraient résumer assez bien l’atmosphère générale de l’album. Des couleurs, soutenues par les paroles nous parlant de guerres médiévales, d’un passé majestueux et oublié. J’ai aussi pu me procurer le vinyle pour vous en parler.

L’objet en lui-même est assez sobre, la pochette a une belle qualité d’impression, il n’y a aucun flou ni trame grossièrement visible (n’est-ce pas Smoulder ?). L’édition est épurée, possédant un insert avec les paroles, la photo du groupe et le vinyle noir, classique. Objet renfermant un album de qualité donc, et ce pour plusieurs raisons.

L’un des points les plus importants dans les compositions du duo est cette voix, ce chant. Tenue par la talentueuse Maija Tiljander, il transmet énormément d’émotion. D’une part, grâce à ses poussées aiguës assez prodigieuses, épiques, et d’autre part, ses légères fioritures ici et là. Le chant n’est pas toujours juste, mais il renforce tellement la personnalité de l’album ! On sent dès les premiers instants l’envie de créer une musique authentique, la volonté de mettre toutes ses tripes dans une œuvre presque intime, qui colle à la peau de ses géniteurs.

On peut imaginer très facilement le groupe interpréter sa musique en face de soi avec passion et dévouement pour son œuvre. Iron Griffin, c’est eux, leurs émotions et leur personnalité. Ce côté humain ressenti à travers le chant est aussi perceptible à travers la production, old school et très épurée, préservant cette authenticité. Authenticité est d’ailleurs le mot d’ordre du le projet global. Oskari Räsänen, la tête pensante du projet, s’est occupé autant de la composition que de l’écriture des paroles, de l’artwork (vraiment sympathique soi dit en passant), de l’enregistrement et du mixage. Tout cela se ressent parfaitement.

Cet album est à écouter et réécouter au bord d’un lac en forêt, avec bières et bons potes autour d’un feu de camp. Je suis certain que vous ne pourrez plus vous enlever « Reign of Thunder » de la tête. Car oui, si j’ai parlé de vaillance en début de chronique, ce n’est pas pour rien. Ces paroles, ces mélodies, ce rythme ternaire composant une grande partie de l’album, fédèrent indubitablement, transmettant un sentiment de force, de courage, de bravoure. Caractériser un album de heavy de cette manière peut paraître assez facile sachant que c’est ce que recherche le heavy metal dans sa globalité, mais attribuer à un album ces atouts, c’est déjà confirmer que l’album est réussi.

Le seul point négatif à propos de cette sortie est un affaiblissement de rythme au milieu de l’album, du à un manque de renouvellement. Les titres se ressemblent tous un petit peu. Et ceci de par un rythme et des gammes de chant assez similaires entre elles. Une fois les structures des premiers morceaux assimilés, on a parfois tendance à lâcher prise, pouvant prévoir aisément la suite de l’album. Mais heureusement, un nouveau souffle est donné à l’album avec les magnifiques morceaux finaux, « Dawn of Struggle » et « To the Path of Glory », achevant l’œuvre avec brio.

En résumé, Curse of the Sky est un bon album de heavy old school, authentique, transmettant beaucoup de couleurs. Malgré ses quelques longueurs, on ne s’en remémore qu’avec positivité. Il contraste beaucoup avec la majorité des sorties actuelles du genre.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=00kWMaF8ovs » align= »center »][/vc_column][/vc_row]

Laisser un commentaire