Interview – Ancestral Lore

écrit par Jermz
0 commentaire

Ancestral Lore est le projet d’un seul homme, Christophe Florian. Amateurs du son des pionniers du black atmosphérique et d’heroic fantasy, le tout premier album de ce one man band a des chances de vous plaire. Afin d’en savoir un peu plus sur les motivations du personnage derrière ce projet, et pour mieux comprendre son univers musical, il était nécessaire de s’entretenir avec lui sur différents sujets, et notamment la question de la technologie, du support dématérialisé, du death et du black, ou encore de la période faste des années 90.

Salut Christophe, et merci de prendre de ton temps pour répondre à mes questions, tout d’abord peux-tu te présenter et nous expliquer brièvement ton parcours musical et nous parler rapidement des  autres formations dans lesquelles tu joues ?
Bonjour, je suis Christophe Florian, créateur du projet musical Ancestral Lore, j’ai aussi un groupe de blackened death metal du nom de Lords of the Cemetery, avec lequel nous avons sorti deux albums, et un autre groupe de metal symphonique du nom de Vanguard X Mortem, avec lequel nous avons sorti trois albums et un EP.

Quelles sont les motivations qui t’ont conduit à créer Ancestral Lore ?
J’avais un projet qui dormait depuis pas mal de temps et dont j’avais enregistré un album complet en 2007, celui-ci était resté dans mon PC, car je m’étais toujours dit que je l’enregistrerai en meilleure qualité. Il était basé sur la thématique heroic fantasy, mais avec le temps, mes autres projets ont pris le dessus, et cet album est resté à croupir dans les méandres de mon disque dur. Après plusieurs essais et frustrations, j’ai décidé de le sortir tel quel en y ajoutant les voix et certains solos de guitares en 2019, l’authenticité du résultat était mon seul intérêt, ce projet est ainsi devenu le premier album d’Ancestral Lore.

Lords of the Cemetery, ton autre formation, est plus axé death metal. Était-il essentiel pour toi de bien séparer les deux influences en deux formations distinctes ? N’aurais-tu pas pu créer un projet qui mêle ces deux esthétiques ?
J’ai créé Lords of the Cemetery parce que je voulais monter un groupe de death metal. J’ai commencé à jouer en groupe très jeune, à l’époque où la vague death metal « made in Tampa » arrivait en France, j’éprouvais à ce moment-là un besoin de revenir aux racines du style, cela s’est fait sur un coup de tête. J’ai composé et enregistré le premier album en l’espace d’un mois, je l’ai accouché d’un trait, cela coulait de source. Pour Ancestral Lore, c’est quelque chose de plus mystique peut-être, avec une idée générale très « nature et légendes », influencé par mes lectures heroic fantasy et certains jeux vidéos de l’époque. Certes, certains titres pourraient se mouvoir dans les deux projets mais le concept derrière n’est pas du tout le même.

Vanguard X Mortem est une autre de tes formations plus orientée metal gothique, comment arrives-tu à concilier le travail de composition et de répétition pour ces trois formations dont tu es le leader, sachant que certains artistes qui n’ont qu’un groupe n’arrivent même pas à sortir un disque tous les cinq ans ?
Vanguard X Mortem est mon projet principal, né sur les cendres de mon ancien groupe Comédie Macabre, c’est celui avec lequel je touche le plus de monde. Le truc c’est que je ne fais pas de concerts, surtout à cause de tout ce qui est samples, c’est beaucoup d’investissement, ce que j aime c’est composer et créer un univers.

La plupart des artistes qui évoluent dans le black metal utilisent des pseudos ou camouflent leur réelle identité, pourquoi n’as-tu pas opté pour cette option ?
Avant j’utilisais un pseudo : LCF, ce sont mes initiales, je l’utilise encore dans certains cas, mais là je n’en ai pas eu envie.

Y-a-t-il des groupes qui ont eu une influence sur toi et dans l’écriture des compositions pour Ancestral Lore ?
Oui beaucoup, les principaux sont Moonsorrow, Borknagar, Summoning, Emperor, Tyr, Wintersun, Children of Bodom, il faut se positionner en 2007 pour la création du projet.

Le titre  « Sphere From the Blackwing » possède un petit côté power metal symphonique, il est assez éloigné esthétiquement des autres compositions, as-tu hésité avant de l’ajouter à l’album, ou pour toi, il n’est pas si différent des autres morceaux et a donc tout à fait sa place dans le disque?
En effet, mais je pense qu’il a complètement sa place pour le projet Ancestral Lore, il est certes moins ambiant mais j’aurais pu le jouer middle tempo façon Summoning, en fait il est sorti comme cela. Le riff de base est vraiment très heavy metal, et tout le reste du morceau en découle. J’en ai aussi profité pour faire un titre plus guitaristique que les autres avec plus de difficulté au niveau technique.

Te nourris-tu d’autres influences pour composer ta musique (livres, films, autres genres musicaux, etc) ?
Pour cet album les influences ont été puisées dans les groupes cités précédemment, pour ce qui est de la musique du moins, mais l’autre influence majeure a surtout été les jeux vidéos, spécialement Drakan sur PS2 et The Witcher sur PC. Au départ, l’album était basé sur ces thèmes-là, mais je me suis simplifié la tache en parlant d’heroic fantasy de manière accessible avec des thèmes standards.

De ce fait, de quoi traitent généralement les textes de Behind the Night Horizon ?
De mythes, de guerriers, de sorciers, de dragons, d’initiation, de combats, des thèmes très classique dans l’univers de l’heroic fantasy.

J’ai beaucoup écouté le premier album de Diabolical Masquerade, Ravendusk In My Heart, et je trouve chez Ancestral Lore des éléments qui me renvoient à ce disque mythique, l’as-tu écouté et si oui, a-t-il eu une influence sur ta manière de composer ?
Je suis désolé mais ce n’est pas mon cas du tout, c’est vraiment Moonsorrow et Borknagar qui m’ont le plus influencé pour ce premier album…

D’ailleurs, comment composes-tu ?
Seul devant mon PC avec ma guitare Vigier, dans mon vieux Pod Line 6 et avec mon clavier Korg, je trouve un thème à la guitare ou au clavier et j’enchaîne, j’ai la chance d’avoir un endroit pour faire de la musique, une sorte d’antre…

Comment as-tu enregistré Behind the Night Horizon ? Es-tu rentré en studio ou au contraire, as-tu tout fait chez toi ?
J’ai enregistré cet album moi-même il y a de cela une dizaine d’année et cela s’entend… Pour être franc, je n’avais ni le temps, ni la force de le réenregistrer pour avoir quelque chose de plus actuel, en plus, je trouve que cela colle assez bien avec les titres, ce côté vieille démo. Je l’ai quand même enregistré il y a plus de quinze ans, à part les voix… je l’ai fait avec un Korg Triton pour le kit batterie et les arrangements, la guitare et la basse branchées sur un Line 6 POD XT ressorti sur un Peavey Classic 50/50 sur un cab 2×12.

Tu sembles beaucoup pratiquer la guitare, tes autres formations misent beaucoup sur cet instrument et développent une musique plus complexe. Penses-tu que le black metal doit rester plutôt basique, et que l’aspect technique et élaboré n’y a pas sa place ?

Oui je suis guitariste à la base, j’ai commencé la musique par cette instrument, je joue aussi beaucoup de clavier. Ce n’est pas parce que le black metal peut paraître simple pour certains groupes, que ça l’est. Quand tu écoutes un groupe comme Emperor, c’est vraiment ultra-travaillé à la guitare et pas facile à jouer.

Ancestral Lore est plus porté sur les claviers, Les sons que tu utilises semblent provenir de vieilles machines, ils sont très typés fin des années 80, utilises-tu de véritable synthétiseurs ou sont-ce des plugins informatiques ?
Je déteste les plug-ins informatique, j’aime jouer ce que j’enregistre, j’ai commencé le clavier en 2005 et depuis je trouve cela indispensable dans tous mes enregistrements.

Penses-tu que le black metal doive rester d’une certaine manière respectueux des codes stylistiques établis par les pionniers du genre, ou au contraire, es-tu favorable à une évolution du genre ? Cette musique doit-elle rester underground ?
Je ne peux pas répondre à la question car cela ne me concerne pas, je n’ai rien contre l’élitisme et le sectarisme, c’est malgré tout nécessaire parfois, pour préserver l authenticité…

Tu sembles éclectique dans tes goûts musicaux, un pied dans le death, l’autre dans le black, tout comme moi. J’ai des amis qui ne jurent que par le death, voire même un certain type de death metal, pareil pour le black, certains n’écoutent que du trve black, et il ne faut pas leur parler de synthé dans ce genre de musique. Penses-tu que ce type de comportement soit plus proche du sectarisme ou au contraire, entrevois-tu la chose comme un moyen de préserver une certaine forme d’honnêteté et de dévotion vis-à-vis d’un genre précis ?
Cela me rappelle les moments de jeunesse où nous achetions les albums de Morbid Angel, Deicide, Death, Loudblast, Massacra, Cannibal Corpse, Paradise Lost, nous appelions cela death metal, pas vraiment de sous-genre… Lorsque je me suis pointé avec l’album The Key de Nocturnus fraîchement acheté à la Fnac, avec tout un tas de synthé, tout le monde était à fond dessus, même les fans de Cannibal Corpse, c’était une période de découverte assez intense, c’était super fédérateur. Après 1994, j’ai eu l’impression que tout le monde devait choisir son camp… Je trouve les étiquettes actuelles insupportables. Pour le côté authentique, il n’y qu’à voir les débats suite au film Lords of Chaos pour comprendre que les trve existeront toujours, et sont même nécessaires pour préserver l’underground, car ce sont de vrais fans qui soutiennent aussi beaucoup les petits groupes.

Nous avons parlé précédemment de technologie d’enregistrement, parlons un peu de la modernité dans le cadre de l’écoute. En ce qui concerne la diffusion, celle-ci permet donc, non seulement d’enregistrer chez soi dans des conditions optimales, mais aussi de vendre sa musique : Bandcamp, Spotify, etc. L’album d’Ancestral Lore est sorti en digipack édition limitée à cinquante exemplaires, était-il nécessaire pour toi de réaliser ton travail sur support physique, et pourquoi si peu d’exemplaires ?
Oui, car je suis moi-même un consommateur de produits physiques, le dématérialisé me gâche un peu le plaisir. Lorsque tu vas acheter un album, en CD ou vinyle, tu as le plaisir de plonger totalement dans l’univers du groupe, lire les crédits, voir les illustrations et autres photos, il y a de la magie là-dedans que je ne retrouve pas dans un mp3 rangé dans un dossier dans un PC.

Entièrement d’accord avec toi ! As-tu eu beaucoup de retombées en ce qui concerne la promotion de Behind the Night Horizon ?
J’ai eu quelques chroniques en France et un peu en Europe, je ne pensais pas en avoir autant. Cependant, c’est un premier album, totalement underground sorti sans promotion et sans concert, donc je savais dans quelle démarche je souhaitais le faire vivre, sur le même principe qu’une démo, mais en plus abouti artistiquement.

Quel futur prévois-tu pour Ancestral Lore, de nouvelles sorties, EP, split, la possibilité de jouer cette musique en live ?
L’enregistrement du second album est en cours, il contiendra normalement huit titres, la batterie est enregistrée, les guitares rythmiques le sont également. J’espère qu’il sortira début 2020, mais cette fois-ci, tout ne dépend pas que de moi…

Super, nous pouvons donc nous attendre à une suite à ce premier opus ! Merci d’avoir répondu à mes questions, je te souhaite une bonne continuation dans tes multiples projets, je te laisse le mot de la fin.
Un grand merci pour cette interview, c’est la première pour Ancestral Lore.

Laisser un commentaire