Sankara – Total Abolition of All Hierarchy

écrit par Maxime
0 commentaire

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Pays : États-Unis
Genre : Black Death Metal
Label : Indépendant
Date de sortie : 30 Octobre 2019

Alors que l’automne bat son plein, voici que Sankara refait son apparition sur la scène black death. Intéressant par le biais de Total Annihilation of the Human Race, sa première sortie, le projet solo américain a touché le ridicule du doigt quelques mois plus tard, avec la sortie d’un split réalisé en compagnie du très distingué Serial Pisser (les deux projets ont le même géniteur). Cette fois-ci, on remet les compteurs à zéro, et Sankara pose son premier album longue-durée, Total Abolition of All Hierarchy, sur la table. Au rendez-vous, toujours la même chose, à savoir un black death très bas-du-front.

On entend régulièrement dire que Sankara, tout comme les autres projets d’Evan Barton, a beaucoup de mal à être pris au sérieux, et pour cause, dans la mesure où ce même Evan Barton (surnommé Hateful Wind pour Sankara) est à l’origine d’un nombre très importants de projets, qui sortent chacun plusieurs sorties par an. Onze projets actifs selon Metal Archives, multipliez ça par deux (environ), et vous aurez le nombre d’albums que produit l’ami Barton chaque année. Effectivement, difficile d’être pris au sérieux dans ces conditions, surtout lorsque l’on sait que le bougre est aussi derrière le projet un peu (trop) grotesque nommé Neckbeard Deathcamp.

Cependant, pour revenir exclusivement à Sankara, on a envie d’oublier que l’artiste américain en fait un peu trop pour avoir le recul nécessaire sur son travail. Déjà parce que la première sortie de Sankara était intéressante, mais aussi et surtout parce que ce premier album l’est encore plus. Alors évidemment, Sankara ne s’est pas mué en un Archgoat bis en l’espace de quelques mois, mais force est de constater que ce Total Abolition of All Hierarchy offre à boire et à manger. Première chose à noter, un certain effort a été fait dans la production. L’ensemble ne se montre pas plus propre, Dieu merci, mais la musique de Sankara se montre bien plus enveloppante et consistante, là où Total Annihilation of the Human Race pouvait sonner creux.

Ayons également un mot pour les chants, cette fois-ci parfaitement maîtrisé et que l’on croirait presque empruntés aux plus grands éructeurs du genre. Ça n’a l’air de rien comme ça, mais ces petits changements techniques rendent la musique de Sankara encore plus imposante qu’elle ne pouvait l’être par le passé, et dans la mesure où les petites joyeusetés comme les riffs et la violence ambiante n’ont pas changé d’un poil, on peut dire que ce premier album est une agréable surprise. Bien entendu, Sankara n’est pas devenu original, peut-être ne se situe-t-il même pas dans le haut du panier. Après tout, il conserve les attributs peu reluisants du projet “construit” sur mesure sans réelle âme. Mais si l’on fait abstraction de sa genèse et que l’on se laisse porter par sa musique sans réfléchir, on peut tout à fait profiter d’un moment de black death plutôt plaisant.

Que l’on adhère à Sankara ou non, il faut reconnaître à Total Abolition of All Hierarchy un certain potentiel de véhémence. L’ensemble est toujours relativement pauvre et instinctif, mais après tout, attend-on vraiment autre chose de ce genre d’album ? Il ne faut effectivement pas avoir de trop lourdes attentes au moment d’aborder le style de Sankara. Mais dans une veine plus ou moins bête et méchante, ce Total Abolition of All Hierarchy fait très bien son travail.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_video link= »https://youtu.be/ORdVTHnapkQ » align= »center »][/vc_column][/vc_row]

Laisser un commentaire