Ygg – The Last Scald

écrit par Maxime
0 commentaire

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Pays : Ukraine
Genre : Pagan Black / Black Metal Atmosphérique
Label : Ashen Dominion
Date de sortie : 5 Février 2020

Neuf ans après la sortie d’un premier album longue-durée déjà très intéressant, le trio ukrainien Ygg a remis le couvert au début du mois de février avec The Last Scald. Les trois membres du groupes, dont les amateurs de la scène ukrainienne connaissent bien l’investissement (KZOHH, Elderblood, Nokturnal Mortum, Ulvegr et bien d’autres), ont travaillé sur un album de black metal plutôt enveloppant aux relents atmosphériques et pagan bien présents. Et même s’il est bien évidemment trop tôt pour tirer des conclusions sur l’année en cours, The Last Scald pourrait très bien faire partie des albums qui auront marqué 2020 de son empreinte.

Le premier contact avec la dernière sortie d’Ygg est avant tout visuel, et l’auditeur se mue d’abord en spectateur de la série d’artworks splendides réalisés pour l’occasion. Sans faire preuve d’une originalité à toute épreuve, ces derniers dégagent quelque chose d’hivernal et d’infiniment froid qui captive réellement quiconque poserait les yeux dessus. Mention spéciale à l’artwork montrant un squelette qui semble transpercé d’une lance. Assurément, toutes ces joyeusetés donnent envie d’en savoir plus, et la curiosité est ici récompensée de fort belle manière. Après une très longue introduction aux accents ritualistes minimalistes mais prenants, la batterie, les guitares et le clavier prennent le relais pour bâtir autour de l’auditeur tout un climat austère dont l’aspect pictural est efficace au possible. Dans la pénombre jaillissent ici et là les rugissements dévoués d’une âme en peine, comme pour apporter encore plus de relief à un paysage sonore déjà très attirant.

De manière générale, sur The Last Scald, tout est long. Les titres sont longs, les parties des titres sont longues, les plages atmosphériques sont longues, et l’album en lui-même est également plutôt long. Notez qu’il ne s’agit pas d’une mauvaise chose dans la mesure où tout est traité de manière à offrir le voyage le plus introspectif possible. La rythmique ne s’emballe que très rarement, comme pour ne pas trop entraver la mise en place des paysages sonores que l’album entend transmettre à l’auditeur. Soyons honnêtes, la relative monotonie dont fait preuve The Last Scald en rebutera plus d’un. Le manque de variété dans les riffs couplé au caractère un peu immuable de l’atmosphère n’offre pas une diversité folle, et cela se ressent assez fortement, surtout dans le cas d’un album dont les titres sont aussi longs.

En cela, The Last Scald souffre un peu de la comparaison avec son prédécesseur, qui était certes plus long mais surtout beaucoup moins monochrome. Parti pris me dira-t-on, toujours est-il que le changement va sans doute en décevoir plus d’un. Ceci étant, ce deuxième album peut se démarquer par sa propension à se montrer mélancolique. Les riffs à rallonge, ça aide particulièrement dans ce cas de figure. Alors que l’album éponyme arborait une pochette aux tons très chauds, The Last Scald susurre des choses bien plus froides, et cette dualité peut aussi être retrouvée au moment de se pencher sur le contenu de ces deux albums. Ygg a donc opéré un petit changement de registre non seulement audacieux, mais aussi réussi, car que l’on adhère à la chose ou pas, il faut reconnaître à The Last Scald une véritable envie de bien faire. Et pour peu que l’on soit effectivement réceptif à son message, le dernier né des Ukrainiens fait très bien son travail.

The Last Scald est l’archétype de l’album qui n’aura pas le même succès d’un auditeur à un autre. Long et ennuyeux pour certains, riche et dépaysant pour d’autres, l’album divise à juste titre. Mais dès lors que l’on se laisse porter par la musique sans penser au reste, on s’aperçoit que les musiciens ukrainiens ont travaillé sur un album d’une grande beauté. Un album beau musicalement et visuellement qui satisfera au plus haut point les adeptes du genre.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_video link= »https://youtu.be/bok1IuVgnAw »][/vc_column][/vc_row]

Laisser un commentaire