Nôidva – Windseller

écrit par Maxime
0 commentaire

Pays : Finlande
Genre : Black Metal
Label : Purity Through Fire / Worship Tapes
Date de sortie : 25 Mars 2020

Terre de black metal s’il en est, la Finlande a récemment donné naissance à une nouvelle formation, susceptible elle aussi de brandir son étendard et de représenter fièrement la scène de son pays. Notamment composé de deux membre de The Watcher, dont l’unique album sorti l’année dernière n’a pas fait grand bruit, le groupe Nôidva se dévoile au monde avec le très honnête Windseller. Très rock dans l’esprit et dans le contenu, la première sortie des Finlandais offre de très bons moments de black metal efficace et ne s’encombre de rien qui pourrait mettre à mal l’intensité de son énergie. En clair, ça remue sec.

« Encore un album de black metal ritualiste au relents pagan d’Europe du nord » aurait-on pu se dire en découvrant la pochette de ce premier EP, mais la réalité offerte par Windseller est sensiblement différente. Sans être bas-du-front le moins du monde, Nôidva met sur la table un black metal assez facile d’accès et dénué de tremolo picking ou de blast beats. Seuls les chants, davantage hurlés qu’éraillés, viennent rappeler la bannière black metal sous laquelle se bat le groupe, et se battre, il le fait plutôt bien. Des riffs de qualité sont présents sur tous les titres, dans la plus pure tradition du pays aux mille lacs, et des claviers viennent parfois appuyer là où il faut pour apporter la petite touche atmosphérique qui manque parfois à l’ensemble, comme sur le titre éponyme.

Bien équilibré, l’album offre également des titres assez différents les uns des autres. À l’heure où la tendance de la scène est à une homogénéité de plus en plus barbante, bienvenus sont les albums qui offrent un contenu variés, et Windseller est de ceux-là. Notons d’ailleurs la présence de cette petite singularité qu’est « Häilän Joiku », titre presque uniquement chanté à l’aide – semble-t-il – du joik, technique de chant ancestrale du peuple sami, mais qui sent surtout très fort la boisson fermentée. Les quatre autres titres de l’EP gravitent autour des cinq minutes de black metal énergique et offrent chacun des moments très fédérateurs.

Si l’ensemble est effectivement très satisfaisant, le caractère forcé des chants peut finir par lasser. Heureusement, le format EP a ici une grande utilité, tout en faisant de Windseller une espèce de condensé encore plus dense et lapidaire. Sur la petite demi-heure que représente l’EP, certaines mélodies ont le temps de fleurir pour ensuite rester en tête un moment. Et si l’on couple toutes ces joyeusetés techniques aux caractéristiques spontanées voire instinctives du style de Nôidva, le bilan est tout simplement admirable et l’écoute jouissive. Du début à la fin, Windseller est une petite bombe de vigueur et d’efficacité. En somme, du franchouillard à la sauce finlandaise.

Première sortie plus que validée pour la formation finlandaise. Malgré le fait d’avoir adopté le chamanisme sami pour thématique, Nôidva n’a pas souhaité verser dans le cérémoniel au moment de composer Windseller, et nous lui en sommes particulièrement reconnaissants. Au diable les artifices, vive le naturel, vive l’instinct. Purity Through Fire et Worship Tapes ont eu le nez creux au moment de tabler sur la possible production de Windseller. Ce premier EP n’augure que du bon pour la suite des hostilités, qu’il nous tarde de découvrir…

 

Laisser un commentaire